Comment réduire les clichés en matière de surdité ? Comment donner davantage de visibilité aux personnes sourdes ? Comment concilier la pluralité linguistique ? C’est à ces questions que l’étude réalisée à l’initiative de la Fondation pour l’Audition apporte réponses et témoignages. L’objectif est de donner des clés pour créer les conditions d’un dialogue apaisé et durable sur les surdités. Aujourd’hui, sept millions de français sont concernés par la malentendance. 500 000 vivent avec une surdité profonde ou sévère

etude de la FPA comprendre et connaitre la surdite 2Si environ 100 000 personnes la pratiquent en France, il n’y a pas que la langue des signes ! L’étude nous rappelle la diversité des langues vocales ou gestuelles utilisées par les personnes malentendantes et sourdes : langue orale française, LSF (Langues des Signes Française), LfPC (Langue Française Parlée Complétée) … Cette pluralité peut s’avérer difficile à mettre en œuvre au quotidien. L’étude permet également de nous éclairer sur les termes entourant la surdité, tels que la différence entre « sourd » et « malentendant », « handicap », « déficience » … 
La Fondation pour l’Audition a pour ambition de « travailler ensemble à diminuer les situations d’exclusions, de doutes, de discriminations, de culpabilité, et de violence symbolique, communes à toutes les personnes sourdes et devenues sourdes, quel que soit le parcours linguistique qu’elles ont choisi. »